Transmission /

[<< 1 , 2 >>]

Transmission par Stephen.Karon, le 1er.08.2012

Estimer le risque de transmission par acte

Comprendre et mesurer les facteurs influant sur l’acquisition, ou non, d’un virus lors d’un acte sexuel est un enjeu majeur pour la prévention, pour modéliser la dynamique d’une épidémie.

L’article de Hughes et al., publié en janvier 2012, fournit de nouvelles estimations de la transmission du VIH par acte sexuel au sein de couples hétérosexuels sérodifférents vivant en Afrique sub-saharienne.

Transmission par La rédaction, le 3.04.2012

CROI 2012 : « Superinfection with HIV Raises Questions » : la surinfection du VIH soulève des questions

Résumé de la publication intitulée « Detection of Frequent Superinfection among Kenyan Women Using Ultra-deep Pyrosequencing » que Keshet Ronen a présentée lors de la conférence américaine, la CROI 2012.

Transmission par emchateau, le 7.12.2011

Dans quelle mesure la charge virale mesurée dans le sang détermine-t-elle le risque de transmission du VIH ?

Plusieurs études ont mis en évidence une corrélation entre la charge virale mesurée dans le plasma sanguin et la charge virale dans le sperme. Dans un article publié en 2008, Kalichman et ses collègues passent en revue l’ensemble des études publiées sur ce sujet. Les auteurs montrent que l’on est encore loin de savoir dans quelle mesure la charge virale plasmatique, tout comme la charge virale dans le sperme, peuvent être prédictives de la transmission du VIH.

Transmission par Jérôme_Martin, le 4.04.2011

Le risque de transmission bucco-génitale

Le risque de transmission du VIH par fellation fait l’objet de discussions au sein de la communauté LGBT, et entre les acteurs de prévention. Sur quelle base scientifique peut-on fonder son opinion ?
En 2008, une équipe britannique s’est livrée à une analyse de la littérature scientifique sur le sujet qui montre que l’évaluation risque est très peu documenté. Bien que faible, rien ne permet d’en conclure qu’il soit nul. Les auteurs recommandent donc la conduite d’études plus importante.

Transmission par Charline, le 20.05.2010

La charge virale est plus élevée dans les muqueuses rectales, même sous thérapie antirétrovirale.

Il est admis que si la charge virale est indétectable dans le sang, elle ne l’est pas pour autant dans le sperme. En effet, le risque de transmission du VIH est probablement augmenté par des niveaux élevés de virus dans le sperme, mais aussi dans les sécrétions de la muqueuse rectale. Qu’en est-il réellement ?

[<< 1 , 2 >>]

e-media
[ image ]
Enquète Rapport au sexe

Répondez à l’enquête Santé-sexualité-prévention « Rapport au sexe » de Santé publique France qui s’adresse aux gays


espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?