GLOSSAIRE /

V
Vacances thérapeutiques

Périodes d’arrêt complet d’un traitement. Elles peuvent être décidées par le/la malade et son/sa clinicienNE, pour différentes raisons : troubles métaboliques, épuisement, fatigue psychique. Le suivi médical de cette période doit être particulièrement attentif. Si l’interruption a été soigneusement préparée, en particulier en tenant compte des demi-vies de chaque molécule du traitement, il est souvent possible de reprendre le même traitement après la période d’arrêt. Comme les interruptions, les recommandations des expertEs en 2009 les déconseillent fortement. Voir STI et interruption de traitement.

Vaccination

Méthode de prévention d’infections bactériennes, virales ou parasitaires, ayant pour but de créer une immunité mémoire contre un agent pathogène, par l’introduction dans l’organisme de préparations antigéniques appelées vaccins. La vaccination thérapeutique est une technique analogue utilisée chez une personne déjà infectée, c’est l’immunothérapie active spécifique.

Vaccins

Préparations permettant la prévention d’infections microbiennes, virales ou parasitaires. Elles sont réalisées à partir de germes à virulence atténuée (vaccins vivants), de germes inactivés (vaccins tués) ou de fractions antigéniques. Dans le cas du VIH, de nombreuses techniques sont testées, comme l’utilisation des peptides de synthèse, mimant les protéines du virus, qui sont donc totalement inoffensives pour l’organisme humain. Dans certaines préparations, on associe ces peptides à des groupements lipidiques qui en augmentent le pouvoir immunogène, ce sont des lipopeptides. Par exemple, dans les recherches menées actuellement, une partie des gènes du VIH est incorporée dans le code génétique du virus pour qu’il les transporte jusqu’aux cellules de l’organisme et active l’immunité de la personne à vacciner. Un vaccin préventif doit permettre à terme d’acquérir une défense contre un agent pathogène en suscitant une immunité active contre celui-ci en produisant des anticorps protecteurs. Malgré les efforts accomplis depuis 20 ans, l’aboutissement de cette recherche reste toujours incertain. Une remise en cause des voies de recherche actuelles est nécessaire pour repartir sur de nouvelles bases.

Valaciclovir (chlorhydrate de)

Médicament utilisé contre l’herpès génital. Il est commercialisé sous le nom de Zélitrex®.

Valganciclovir

Prodrogue du ganciclovir. Il est commercialisé sous le nom de Rovalcyte®.

Varenicline

Traitement substitutif prescrit dans le cadre du sevrage tabagisme pour les adultes. Il est commercialisé sous le nom de Champix® par le laboratoire Pfizer.

Varices œsophagiennes

Au cours d’une cirrhose, elles sont la conséquence, de même que l’ascite, d’une hypertension portale due à un ralentissement du débit sanguin intra-hépatique, c’est-à-dire un régime circulatoire pathologique avec création d’un réseau secondaire veineux qui provoque l’apparition de varices au niveau de l’estomac et de l’œsophage. Leur rupture peut entraîner des hémorragies digestives, leur dépistage se fait par fibroscopie.

Veine cave

Tronc veineux volumineux composé de la veine cave inférieure et de la veine cave supérieure amenant le sang du foie vers l’oreillette droite du cœur.

Veine porte

Volumineux tronc veineux drainant le sang en provenance des organes digestifs vers le foie. Voir hypertension portale.

Versus

Signifie en latin contre, opposé à. Ce terme indique que, dans un essai, le produit testé est comparé soit à un traitement de référence, soit à un placebo.

VGM

Volume globulaire moyen. Voir l’article Votre suivi.

VHB

Virus à ADN responsable de l’hépatite B, il appartient à la famille des hépadnavirus. C’est un virus dont le génome est un ADN double brin. Il est constitué d’une enveloppe porteuse de l’antigène de surface HBs, d’une nucléocapside centrale (core) qui porte les antigènes HBc et Hbe. Il possède une enzyme, l’ADN polymérase, qui permet sa réplication. L’identification des anticorps correspondant à ces antigènes fait partie du diagnostic et du suivi sérologique de l’hépatite B. La recherche de l’ADN-VHB plasmatique est réalisée par des techniques de biologie moléculaire.

VHC

Virus à ARN responsable de l’hépatite C, il appartient à la famille des flaviridae. Son génome est constitué d’un ARN simple brin codant pour 8 protéines virales qui ont permis son identification sérologique. Il existe plusieurs génotypes du VHC qui résultent de la grande variabilité du virus. Ils sont numérotés de 1 à 6, leurs sous-types sont identifiés par les lettres a, b, c, etc. Certains génotypes prédominent dans certaines régions du monde. La nature du génotype conditionne souvent la réponse aux traitements antiviraux ; bonne réponse : génotypes 2 et 3, moyenne : génotype 4, mauvaise : génotype 1. Voir hépatite.

Viagra®

Produit par le laboratoire Pfizer. Voir sildénafil.

Vicriviroc

Antirétroviral, inhibiteur d’entrée du VIH. En 2009, il est encore en [essai de phase III-mot363]. Il est développé par le laboratoire Schering Plough. Voir co-recepteur.

Vidal (dictionnaire)

Cet ouvrage destiné aux professionnelLEs de santé contient une information rédigée à partir des résumés des caractéristiques des produits (RCP) et du Journal Officiel pour les éléments concernant les remboursements. Les monographies sont élaborées par des équipes scientifiques, selon des critères communs à toutes les spécialités pharmaceutiques. Il contient le libellé des indications thérapeutiques, les modalités de prescription et de délivrance, ainsi que des informations importantes en matière de pharmacovigilance. Edité depuis plus de 80 ans, il ne sera peut être bientôt plus consultable que sur Internet. Un fascicule consacré aux interactions médicamenteuses accompagne généralement chaque édition.

Vidarabine phosphate

Antiviral de la famille des nucléosides puriques, utilisé pour le traitement de l’hépatite B active chronique. Il est commercialisé sous le nom de Vira-MP®.

Videx®

Il a obtenu son AMM le 05.05.1992. Distribué par le laboratoire Bristol-Myers Squibb. Voir didanosine.

VIF

Viral Infectivity Factor. Protéine de défense du virus, capable de contrecarrer certains mécanismes de défense naturelle des cellules infectées.

VIH

Virus de l’immunodéficience humaine. Isolé en 1983 à l’Institut Pasteur de Paris. C’est un rétrovirus, de la famille des lentivirus, son génome est constitué d’ARN simple brin. Plusieurs souches ont été isolées (VIH-1, le plus répandu, et VIH-2, isolé chez les personnes infectées dans les pays d’Afrique occidentale). Le VIH existe sous trois formes : M (Major) les plus répandues dans le monde et O (Outlier) et N (Non-M, Non-O) identifiées au Cameroun. La forme M se décline en 9 sous-types de A à K et 16 formes recombinantes. Ce virus possède une membrane où sont présentes les glycoprotéines d’enveloppe : la GP 120 et la GP 41. L’intérieur de la particule virale est tapissé par les protéines de la matrice et contient une enzyme, la protéase. À l’intérieur de la capside (sorte de trapèze qui constitue le cœur de la particule virale), on trouve les enzymes virales (transcriptase inverse et intégrase).

Viracept®

Il a obtenu son AMM le 22.01.1998. Il est distribué par le laboratoire Roche. Voir nelfinavir.

Viramidine

Prodrogue de la ribavirine. Elle provoquerait une anémie hémolytique moins importante que celle due à la ribavirine.

Viramune®

Il a obtenu son AMM le 05.02.1998. Il est distribué par le laboratoire Boehringer Ingelheim. Voir névirapine.

Viréad®

Il a obtenu son AMM le 05.02.2002. Il est distribué par le laboratoire Gilead. Voir ténofovir.

Virémie

Présence de virus dans le sang. Sa mesure s’appelle quantification de la charge virale. Voir blips et l’article Votre suivi.

Virion

Etat de la particule virale complète au moment de son émission par rupture de la membrane de la cellule infectée.

Virologie

Etude des virus et des maladies virales. Le suivi d’un traitement à l’aide de la charge virale est un suivi virologique.

Virus

Parasite de la cellule dont il utilise les constituants pour se multiplier, souvent pathogène, c’est-à-dire capable de provoquer une maladie. Un virus est composé d’un seul type d’acide nucléique (ADN ou ARN) entouré d’une enveloppe appelée capside. Les virus ne peuvent être cultivés que sur des cellules vivantes.

Virus des hépatites
  • VHA : virus de l’hépatite A - VHB : virus de l’hépatite B - VHC : virus de l’hépatite C - VHD : virus de l’hépatite D ou Delta - VHE : virus de l’hépatite E - VHG : virus de l’hépatite G
Vistide®

Il est produit par le laboratoire Pharmacia SAS. Voir cidofovir.

Vitamines

Substances organiques, sans valeur énergétique, entrant dans notre alimentation en très faible quantité. Elles sont indispensables au métabolisme et au développement de notre organisme qui ne peut en faire la synthèse. On distingue les vitamines solubles dans les corps gras (liposolubles) comme les vitamines A (vision), D (croissance osseuse), E (antioxydant), K (coagulation sanguine) et les vitamines solubles dans l’eau (hydrosolubles) comme la vitamine C (antioxydant, résistance aux infections) et celles du groupe B : B1 (fonctionnement du système nerveux et des muscles), B5 (santé de la peau et des cheveux), B9 (ou acide folique, synthèse des acides nucléiques), B12 (formation des globules rouges).

VLDL

Very low density lipoprotein. Voir fibrates.

espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?