TOUS LES ARTICLES /

Impact d’une augmentation des dépistages sur l’incidence de l’infection à VIH chez les gays
Dépistage du VIH en France en 2016
Prevagay 2015 : une recherche au milieu des gays
La lutte contre le sida a l’épreuve des territoires
Les jeunes et le VIH, et chez les jeunes gays ?

[<< 1 , 6 , 7 , 8 , 9 , 10 , 11 , 12 , 13 , 14 , 15 >>]

Épidémiologie par La rédaction, le 30.11.2010

Surveillance de l’infection à VIH en France

L’institut de veille sanitaire publie ce premier décembre 2010, comme tous les ans, les résultats de la déclaration obligatoire de séropositivité au VIH (DO-VIH). Il s’agit bien entendu des résultats finaux de l’année 2009. En légère augmentation par rapport à 2008, le nombre de nouveaux diagnostics ne progresse significativement que dans un seul groupe de contamination, les homosexuels. Notre article reprend plus particulièrement les données de ce groupe.


Recherche par HFischer, le 3.08.2010

Vienne 2010 : Les premiers résultats positifs d’une étude de microbicides CAPRISA

Ce matin à Vienne ont été rendus publics les premiers résultats de l’étude CAPRISA, un essai de microbicides à base de ténofovir qui, pour la première fois montre un résultat d’efficacité qui se situe entre 39% (résultat global de l’étude) et 54% (pour une adhérence au traitement maximale). Il s’agit d’une étude menée en Afrique du Sud entre mai 2007 et mars 2010 à laquelle 889 femmes ont participé.


Épidémiologie par Charline, le 2.08.2010

Résurgence de l’épidémie à VIH-1 dans l’ère des multithérapies

Les thérapies antirétrovirales hautement actives, HAART (Highly Active Antiretroviral Therapy) ou multithérapies, ont le pouvoir de réduire la charge virale, de limiter la transmission du VIH-1 et d’aider à contenir la propagation du virus. Toutefois, une recrudescence de l’épidémie et une augmentation des comportements à risques ont été largement rapportées depuis la mise en place de ces traitements. Quel est alors l’impact des multithérapies sur l’évolution de l’épidémie à VIH-1 ?


Comportements par Charline, le 20.05.2010

Un point sur la sécurité négociée

La « sécurité » négociée décrit une stratégie qui consiste à se passer de préservatifs, sous certaines conditions, lors de relations sexuelles entre partenaires séronégatifs réguliers. Cette pratique suscite beaucoup de débats, certains chercheurs faisant valoir que l’abandon du préservatif au sein d’une relation ne doit pas être confondue avec un relâchement de la prévention, tandis que d’autres parlent d’un « danger négocié ». Quelle est l’efficacité réelle d’une telle stratégie ?


Transmission par Charline, le 20.05.2010

La charge virale est plus élevée dans les muqueuses rectales, même sous thérapie antirétrovirale.

Il est admis que si la charge virale est indétectable dans le sang, elle ne l’est pas pour autant dans le sperme. En effet, le risque de transmission du VIH est probablement augmenté par des niveaux élevés de virus dans le sperme, mais aussi dans les sécrétions de la muqueuse rectale. Qu’en est-il réellement ?


[<< 1 , 6 , 7 , 8 , 9 , 10 , 11 , 12 , 13 , 14 , 15 >>]

e-media
[ image ]
Enquète Rapport au sexe

Répondez à l’enquête Santé-sexualité-prévention « Rapport au sexe » de Santé publique France qui s’adresse aux gays


espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?