TOUS LES ARTICLES /

25e CROI à Boston – troisième jour
25e CROI à Boston, deuxième jour
25e CROI à Boston, premier jour
Vaccinations à faire quand on est gay
Impact d’une augmentation des dépistages sur l’incidence de l’infection à VIH chez les gays

[<< 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 , 8 , 9 , 10 >>]

Épidémiologie par La rédaction, le 31.12.2016

VIH et IST, le point épidémiologique 2016

La journée mondiale de lutte contre le sida, le premier décembre, est toujours l’occasion pour les instances publiques de surveillance sanitaire de faire le point sur les données épidémiologiques concernant l’infection à VIH et les IST dans notre pays. Le recueil des données et son analyse prenant du temps, la moisson de résultats montre systématiquement la situation un an en arrière. Pourtant, la modernisation des dispositifs laisse entrevoir qu’on pourrait faire mieux prochainement.


Transmission par Stephen.Karon, le 31.12.2016

Le résultat de l’étude PARTNER

Cela fait maintenant presque dix ans que l’utilisation du traitement antirétroviral chez les personnes séropositives comme moyen de réduction de la transmission du VIH a démontré son efficacité. Pour autant, certaines preuves et des mesures supplémentaires restent nécessaires, notamment chez les couples d’hommes. L’étude PARTNER vient préciser ces zones de flou. C’est le résultat final de cette étude que nous présentons ici.


IST et hépatites par HFischer, le 20.12.2016

Méningocoque C : pourquoi les gays ont intérêt à être vaccinés

Après les alertes des autorités sanitaires suite aux émergences épidémiques de méningocoque chez les gays ces dernières années, les chercheurs se sont penchés sur les bestioles responsables et nous ont livré leurs découvertes : les méningocoques s’adaptent à leur environnement. Chez les gays, ils peuvent devenir sexuellement transmissibles.


IST et hépatites par fm-air, le 5.12.2016

HPV, condylomes, cancers anaux, vacciner les garçons pour que cela cesse

Reactup propose ici un état des lieux des pathologies résultantes de l’infection par le papillomavirus ou HPV au sein de nos minorités de gays séropo et séroneg, de femme séropo, de trans, afin de voir si les dernières recommandations vaccinales en matière d’HPV sont optimisées pour éviter condylomes et cancers.


Épidémiologie Comportements Prévention Recherche par Laure, le 11.10.2016

Trans & VIH : que sait-on ? Où en est-on ?

La CROI 2016, qui se tenait à Boston l’hiver dernier, a été l’occasion pour Tonia C. Poteat, Assistant Professor à l’université John Hopkins d’intervenir sur les enjeux de l’épidémie pour les personnes trans.
En se concentrant essentiellement sur le cas des femmes trans, elle fait le bilan des connaissances actuelles, du point de vue à la fois des déterminants de la dynamique de l’épidémie parmi les femmes trans, et des difficultés rencontrées par les personnes trans séropositives.


[<< 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 , 8 , 9 , 10 >>]

e-media
[ image ]
L’offre en centre de dépistage (CeGIDD) est saturée, l’épidémie perdure

Plutôt que de répéter dans le vide que les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) sont saturés et ne répondent pas à la demande des personnes voulant se faire dépister,


espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?