Comportements /

[<< 1 , 2 , 3 >>]

Comportements par Erard, le 16.03.2013

Berlin, les gays et le VIH : état des lieux

Comment en arrive-t-on à se contaminer au VIH ? Y-a-t-il une réponse à la question ? Michaël Bochow, chercheur berlinois spécialisé en sciences sociales, s’est penché sur le sujet et a effectué, en 2008 à Berlin, une étude qualitative auprès de 30 gays venant d’apprendre leur contamination au VIH. Ils sont âgés de 24 à 46 ans, de tous horizons sociaux, de nationalités diverses et venant des quatre coins de la ville. Etat des lieux.

Comportements par Erard, le 18.06.2012

Quelques millièmes de seconde suffisent pour être sûr de soi

L’article présenté part d’une consultation croisée entre d’un côté des études comportementales interrogeant le décalage entre les connaissances sur les modes de transmission du VIH et la prophylaxie adoptée et, de l’autre, des découvertes de pointe en neurosciences qui permettent de calculer le temps mis pour prendre une décision et donc de situer précisément le degré de rationalité de cette décision.

Comportements par Erard, le 7.12.2011

Bareback : mieux définir pour mieux agir ?

Constatant que l’’augmentation des contaminations au VIH depuis le début des années 2000 est imputée par certaines études au phénomène du bareback, Berg entreprend un bilan critique des publications sur la question. Le terme restant mal défini, cela rend difficile une synthèse comparative des différentes études qui y ont été consacrées et par là une réponse efficace au phénomène.

Comportements par Erard, le 4.10.2011

Séropositivité, charge virale et sexe non protégé : évolutions et tendances

Dans les pays occidentaux, on a pu observer une augmentation constante du nombre de rapports sexuels non protégés, notamment chez les HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes).
Le but de l’étude est de voir les tendances qui se dessinent au cours du temps chez les patients infectés vis-à-vis de la prévention, et de voir quels sont les facteurs qui ont influencé cette augmentation des rapports non protégés en fonction des groupes de population et de la charge virale des patients.

Comportements par Charline, le 10.12.2010

Comment ils pensent avoir été infectés : l’incidence des comportements de réduction des risques sexuels

Des stratégies de réduction des risques sexuels ont été mises en place comme alternative à l’utilisation systématique du préservatif. À l’aide de ces méthodes, certains hommes homosexuels choisissent d’avoir des rapports anaux non protégés (RANP). Cependant, l’incidence de ces stratégies n’est pas réellement connue vis à vis de la transmission de l’infection au VIH. Quelle est alors l’efficacité de ces techniques de prévention ?

[<< 1 , 2 , 3 >>]

e-media
[ image ]
L’offre en centre de dépistage (CeGIDD) est saturée, l’épidémie perdure

Plutôt que de répéter dans le vide que les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) sont saturés et ne répondent pas à la demande des personnes voulant se faire dépister,


espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?