articles /

Le résultat de l’étude PARTNER

Cela fait maintenant presque dix ans que l’utilisation du traitement antirétroviral chez les personnes séropositives comme moyen de réduction de la transmission du VIH a démontré son efficacité. Pour autant, certaines preuves et des mesures supplémentaires restent nécessaires, notamment chez les couples d’hommes. L’étude PARTNER vient préciser ces zones de flou. C’est le résultat final de cette étude que nous présentons ici.

A LA UNE /

IST et hépatites par La rédaction, le 20.12.2016

Méningocoque C : pourquoi les gays ont intérêt à être vaccinés

Après les alertes des autorités sanitaires suite aux émergences épidémiques de méningocoque chez les gays ces dernières années, les chercheurs se sont penchés sur les bestioles responsables et nous ont livré leurs découvertes : les méningocoques s’adaptent à leur environnement. Chez les gays, ils peuvent devenir sexuellement transmissibles.

IST et hépatites par La rédaction, le 5.12.2016

HPV, condylomes, cancers anaux, vacciner les garçons pour que cela cesse

Reactup propose ici un état des lieux des pathologies résultantes de l’infection par HPV au sein de nos minorités de gays séropo et séroneg, de femme séropo, de trans, afin de voir si les dernières recommandations vaccinales en matière d’HPV sont optimisées pour éviter condylomes et cancers.

Épidémiologie Comportements Prévention Recherche par Laure, le 11.10.2016

Trans & VIH : que sait-on ? Où en est-on ?

La CROI 2016, qui se tenait à Boston l’hiver dernier, a été l’occasion pour Tonia C. Poteat, Assistant Professor à l’université John Hopkins d’intervenir sur les enjeux de l’épidémie pour les personnes trans.
En se concentrant essentiellement sur le cas des femmes trans, elle fait le bilan des connaissances actuelles, du point de vue à la fois des déterminants de la dynamique de l’épidémie parmi les femmes trans, et des difficultés rencontrées par les personnes trans séropositives.

Épidémiologie par Stephen.Karon, le 23.03.2016

Le risque de transmission par acte sexuel, évaluation 2015

Les recherches préventives expriment souvent les résultats de dispositifs préventifs sous forme d’un facteur de réduction de risque. Peu compréhensible au niveau des individus, on lui préfère la notion de risque de transmission par acte. C’est ce que la chercheuse et épidémiologiste Virginie Supervie a cherché à évaluer sur la base des connaissances de 2015 pour ce qui concerne le traitement antirétroviral comme prévention de la transmission du VIH.

Dépèches

IST et hépatites7.02.2017

Alerte à l’hépatite A

L’Agence régionale de Santé a lancé une alerte concernant les signes d’une épidémie d’hépatite A touchant particulièrement un public gay. Mais l’approvisionnement en vaccins est actuellement difficile

Prévention31.01.2017

La PrEP au Royaume Uni : des effets constatés sur le terrain

Le principal centre de santé sexuelle de Londres, sis au 56 Dean Street à Soho, a enregistré en 2016 une baisse sans précédent de 40% des nouveaux diagnostics d’infection à VIH.

e-media
[ image ]
Enquète Rapport au sexe

Répondez à l’enquête Santé-sexualité-prévention « Rapport au sexe » de Santé publique France qui s’adresse aux gays


espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?