Épidémiologie /

[<< 1 , 2 , 3 >>]

Épidémiologie par HFischer, le 7.11.2014

Pourquoi le contrôle du VIH chez les gays (HSH) diverge depuis 2006 entre Londres et San Francisco (SF) ?

La comparaison des données et des réponses à l’infection à VIH entre deux villes très connues pour leur attrait dans le monde gay présentée par Colin S. Brown à la conférence de Melbourne dans la session « gays and other men who have sex with men » nous invite à revoir nos priorités en matière de prévention. Pourquoi San Francisco réussit mieux que Londres ?

Épidémiologie par HFischer, le 26.08.2013

La décroissance de l’immunité chez les séropositifs

Comment évolue l’immunité une fois qu’on est infecté par le VIH ? C’est une question cruciale pour les épidémiologistes mais aussi pour prendre en main sa santé et faire les meilleurs choix en fonction de sa propre vie.
Cette étude basée sur un recueil de données très documenté de personnes séropositives non seulement répond à la question posée par les chercheurs mais démontre s’il le fallait encore la nécessité du dépistage et l’intérêt d’un suivi médical après un résultat de dépistage positif.

Épidémiologie par Arthur Vtx, le 30.07.2013

Abaisser la charge virale à l’échelle d’une population conduit-il mécaniquement à une baisse du nombre des nouvelles contaminations ?

Y a t-il une relation mathématique entre la charge virale d’un groupe et le nombre de nouvelles contaminations dans ce groupe ? Et, par exemple, abaisser la charge virale à l’échelle d’une population implique t-il une baisse du nombre de nouvelles contaminations ?
Les mesures de charge virale communautaire, qui pourraient y répondre, se montrent sur certains aspects très insuffisantes.

Épidémiologie par Erard, le 25.06.2013

Les gays et le VIH : état des lieux

Toutes les études internationales s’accordent sur un point : 15 ans après l’arrivée des trithérapies, l’épidémie est hors contrôle chez les gays, alors même que les traitements, par le contrôle de la charge virale, permettent une diminution considérable de l’infectiosité des porteurs du virus. A l’occasion de la conférence de l’IAS (International Aids Society) à Washington en 2012, la revue The Lancet publiait un numéro spécial sous forme d’état des lieux de l’épidémie chez les gays.

Épidémiologie par Arthur Vtx, le 21.05.2013

38000 hommes ayant des rapports homosexuels suivis pendant 3 ans : une vision complète et solide de l’épidémie en Angleterre.

On en rêvait, les autorités de santé britanniques l’ont fait : suivre pendant trois années une cohorte de 38 000 hommes séronégatifs ayant des rapports homosexuels, afin de mesurer l’incidence des contaminations au VIH, aux IST et les facteurs de risque de ces contaminations. Et ce afin d’obtenir, enfin, une vision globale de l’épidémie chez des homosexuels européens. Une recherche utile à la compréhension de l’inquiétante dynamique de l’épidémie chez les gays.

[<< 1 , 2 , 3 >>]

e-media
[ image ]
L’offre en centre de dépistage (CeGIDD) est saturée, l’épidémie perdure

Plutôt que de répéter dans le vide que les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) sont saturés et ne répondent pas à la demande des personnes voulant se faire dépister,


espace perso

enquête

Tu aimes ce site ?